Fêter, Célébrer: définitions

1. Fêter
Consacrer, marquer par une fête;
Honorer (qqn) d’une fête
2. Célébrer
Accomplir solennellement (une action, une cérémonie);
Faire publiquement et avec force l’éloge, la louange de.

(Le Robert)

Publicités

Listes en atelier d’écriture

(Claire)

Voici ce que je peux proposer à mes patients dans mon cabinet d’orthophonie sous forme d’atelier d’écriture. La plupart du temps nous faisons nos listes à 2. Nous alternons chacun notre tour soit sous forme de liste commune, soit en deux colonnes distinctes.

La liste de mes trésors

La liste de mes peurs

La liste de mes petits moments de bonheur

L’inventaire de trois « choses » adorées que j’ai perdues

La liste de mes question que je me pose tout le temps (pourquoi… ?)

L’inventaire de mes mensonges

La liste de mes vantardises (réelles ou imaginaires)

La liste de mes petits malheurs

L’inventaire de deux choses qu’il faut que je réussisse un jour!

La liste de mes vieux jouets préférés

L’inventaire de mes bêtises

L’inventaire de mes bonnes actions

L’inventaire des injustices que j’ai subies

La liste de ce que je n’ai pas le droit de faire

La liste de mes mots préférés

La liste de ce que je déteste le plus chez les filles/garçons

La liste de ce que je voudrais voir/sentir/toucher/entendre/goûter

Faire écrire les enfants, 300 propositions d’écriture Faly Stachak Ed. EYROLLES

La disponibilité ou la quête de soi

(Claire)

Quand Emilie a proposé très justement ce thème, je me suis vaguement dit que ce serait évident d’écrire un p’tit quelque chose!  En effet, j’avais, semble-t-il, déjà avancé sur ce sujet en tant que maman qui travaille (beaucoup!). Cette première partie de la définition,« disponibilité ou être libre pour telle ou telle activité »,  je pouvais partager facilement mes « trucs » mis en place dans ma vie de famille.

Car, sûr, j’avais depuis un temps certain, pris le parti de ne plus m’éparpiller quand j’étais avec mes enfants ou avec une amie, mon mari. Pas de portable, je sais faire, tant pis pour les sols…, et l’organisation des repas remise à un autre temps… Créer avec l’autre de la disponibilité et savoir la saisir, ça me paraît maintenant presque naturel 😉 !…

Et puis, et puis… en lisant attentivement la définition , oups, quelque chose m’a sauté aux yeux : « disponibilité ou être libre de toute préoccupation ». Je me suis interrogée et j’ai grimacé…!

Comment se défaire de toute préoccupation?? Cela me paraît impossible, hormis devenir moine bouddhiste!  Et pourtant… C’est cette disponibilité, intérieure, qui donne davantage sens. Celle-ci elle est pour nous-même, c’est un chemin intérieur à travailler, à comprendre, se libérer des schémas antérieurs, du « tacatacata » de notre pensée. Pff… j’ai beaucoup à faire, mon chemin est long. Aujourd’hui, ce travail, je l’ai commencé en en réalisant une psychanalyse, et je crois que chacun de nous peut entreprendre cette libération intérieure en adoptant des schémas de pensées positives, par la méditation -j’y réfléchis aussi!-, ou par tout autre moyen qui conviendrait à chacun.

En effet cette disponibilité totale est sans doute un but inatteignable mais notre blog commence ainsi « Un chemin de mille lieues commence par un premier pas », aussi il me paraît maintenant inévitable que ma route pour un monde meilleur sera un travail sur cette disponibilité intérieure ou la quête de soi.

En toute simplicité

( émilie )

Cette semaine, je n’ai pas envie de réfléchir, d’analyser, d’argumenter. Cette semaine, j’ai envie de créer des ambiances, de proposer des odeurs, de ramener des souvenirs.

Cette semaine, place à la simplicité. Et pour moi, la simplicité, c’est :

Featured image

– quelques tomates et trois feuilles de basilic cueillies au jardin, un peu de sel et de poivre

– grimper dans un arbre pour ramasser les cerises et les manger en équilibre précaire, assise sur une branche

– jouer à la belote avec ma grand-mère, en trichant, en riant, et sans vraiment chercher à gagner (puisque jouer ensemble, c’est déjà gagner)

– observer mes enfants qui pataugent dans une flaque d’eau sans regarder l’heure ni planifier le repas du soir

– cette phrase de Gandhi :  » Le bonheur, c’est lorsque vos actes sont en accord avec vos paroles »

– dire ce dont j’ai envie sans blâmer ni me plaindre, demander de l’aide avant d’en vouloir à la terre entière pour ce ***** d’ordinateur qui ne veut pas s’allumer (et pour cause, il est débranché)

– donner ce dont je n’ai pas besoin : ces petits framboisiers qui poussent au pied du grand, ces plants de tomates que j’ai produit en trop grande qualité, ces potirons qui sont sortis spontanément dans le tas de compost

– comprendre que ce sentiment d’évasion que je connaîtrais forcément en visitant l’Egypte, je peux le connaître aussi en découvrant un nouveau sentier près de chez moi : c’est beau de rêver mais ça ne doit pas me faire oublier le présent … carpe diem

– avoir un téléphone portable qui téléphone et envoie des sms, payé 1 euro et bien utile, mais sans gadgets en tous genres et option cafetière-mixeur-pédicure … ou pas de téléphone portable du tout

– fabriquer une nouvelle banquette au jardin avec 5 pierres et quelques coups de pioche

– chercher des cèpes et des asperges sauvages avec mon grand-père

– construire un château de neige avec mes enfants, décider finalement qu’il s’agit d’un crocodile et le prénommer Némo

– poser une question quand je ne comprend pas, et laisser de côté ma fierté

– avoir une éponge qui lave la vaisselle, un Soleil qui sèche le linge, un réveil avec des aiguilles qui fait tic-tac-tic-tac drrrrringggggg !!! (non, je ne suis pas prête à abandonner ma machine à laver)

– ma famille réunie autour de la table, et le joyeux bazar quand j’annonce « la première crêpe est pour celui qui crie le plus fort »

DSC_0338

La simplicité, c’est cet article.

Des objets simples.

Des moments simples.

Des paroles simples.

Des relations simples basées sur l’aide, la communication et le partage.

L’envie d’être là, et bien là, loin de cette course à la technologie, à la consommation et au temps.

La simplicité, c’est des souvenirs magiques et pourtant gratuits : la lumière rasante du soir sur les fleurs du jardin. Les éclairs qui illuminent un ciel dégagé. Le premier regard du nouveau né à sa maman.

DSC_0339