Un « merci » pour un monde meilleur

(émilie)

Gratitude, reconnaissance, remerciement … Parce qu’un « merci » sincère » vaut 1000 compliments banals. Et parce qu’un « merci » droit dans les yeux donne envie de faire plaisir, encore et encore. Surtout, parce qu’un « merci » poli n’a aucune force, aucune valeur. Qu’il est fade, vide et gris. al-mad Pour aborder les deux aspects du « merci », celui qui exprime la gratitude et celui qui exprime la politesse, j’ai raconté une histoire aux enfants. Nous sommes en décembre 1620 et une centaine de Pélerins arrivent en Amérique. Ils vont vivre un hiver dévastateur : froid, faim, scorbut … Lorsque le printemps arrive, les rescapés sont inquiets : comment survivre à un nouvel hiver ? Comment faire face ? C’est alors que des Amérindiens leur viennent en aide. Ils leur présentent les plantes, bonnes et mauvaises, des techniques de chasse, de pêche, la culture du maïs. Grâce à cette aide précieuse, les Pélerins peuvent s’organiser, produire, faire des réserves pour la saison froide. Le gouverneur de la colonie proclame alors trois jours de remerciements et d’actions de grâce partagés avec les Amérindiens : une sorte de fête de la moisson, à l’automne, une ébauche des célébrations futures. Cette fête a été souvent modifiée : jeûne ou nourriture très variée, printemps ou automne, date fixe ou non … et j’ai souvent eu envie de l’adopter, de l’adapter, d’en faire une journée pour nous, notre petit Thanksgiving ardéchois. C’est ainsi que, ce 7 mai, loin des grands froids de novembre et des tartes à la citrouille, sans religion ni Amérindiens sympathiques venus nous offrir une dinde, nous avons fêté la gratitude. Nous avons discuté, nous avons noté, sur de petits papiers, un petit mot de remerciement pour tout le monde, et nous avons partagé un repas simple en parlant des Indiens et des traditions américaines. En fin de soirée, nous avons lu le contenu de l’urne. « Je remercie papa d’avoir voulu être mon entraîneur » (de foot). « Je remercie N. de m’avoir fait rigoler ». « Je remercie A. pour m’avoir aidé pour mon cahier de secrets ». « Je remercie F. d’échanger des connaissances avec moi. » « Je remercie maman de prendre aussi bien que papa soin de nous. » etc … Une urne remplie de jolies phrases, de gratitude et d’amour. Trente petits billets (dont 10 dessins des deux petits qu’ils ont offert aux plus grands) qui dépeignent la vie de famille, l’entraide et la reconnaissance. Une jolie fête à refaire donc. Pour terminer cet article, je voudrais exprimer ma gratitude envers ces inconnus qui m’ont aidé et dont je me souviens plusieurs années après. On est tous capables d’aider, quelles que soient nos qualités, notre âge, notre force physique et nos connaissances en mécanique. Merci à mon voisin du quatrième, un ado de quinze ans, qui portait toujours mes sacs lorsqu’il me croisait dans les escaliers avec un bébé dans les bras et deux allers-retours en perspective jusqu’au troisième étage. Merci à ce gentil garçon, à la fac, qui a pris le volant de ma voiture et l’a décoincée en trois coups de volants (je ne suis pas douée pour manoeuvrer, surtout avec le gros break de mes parents) Merci à ces messieurs, à la pompe, qui m’ont patiemment expliqué la différence entre le 95 et le 98 alors que ma Golf était assoiffée et que je ne savais pas quoi lui donner à boire. Merci à cette dame qui m’a laissé passer avant elle chez le docteur, le jour où mon bébé avait 40 de fièvre et qu’il semblait au bord du malaise. Je pourrais continuer longtemps mais ce n’est pas le but. Chaque petite action est importante, chaque fois que l’on aide, que l’on remercie, on apporte du positif dans la vie d’un proche, d’une connaissance, d’un inconnu, et on contribue à la création d’un monde meilleur.

Publicités

Qu’est-ce qu’on dit?

Après avoir lu la définition, il me vient cette réflexion.

La marque visible de la gratitude est le remerciement. Remercier permet donc d’exprimer sa gratitude. Si nous souhaitons vivre la pleine conscience comme est l’objet de ce blog, je m’interroge alors sur le « merci » automatisé, celui que nous verbalisons alors que notre mari nous tend le torchon si gentiment mais parce que bébé à faim, ou que la cuillère du plus grand est tombé, nous avons si vite zappé ce geste !

Je m’interroge encore davantage sur les « mercis » que nous apprenons au tout petit enfant. Ces « mercis » répétés comme un bon petit perroquet, quel valeur ont-ils? Sous le couvert de la sacro-sainte politesse, je retrouve parfois une sensation de domination de l’adulte. Il faut imaginer le petit enfant encore peu autonome, dépendant des gestes de l’adulte, dire merci pour un oui ou pour un non (un morceau de pain, de l’eau versé dans son verre, recevoir un jouet non accessible…) et il n’est pas rare de voir certains parents retenant l’objet tant que ce petit n’a pas dit « MERCI » (et passons sur ce sentiment de l’adulte à ce moment-là qui se sent cruellement satisfait!).

Cette pleine conscience dont nous parlons, serait-il possible que les enfants s’en imprègnent le plus tôt possible? Essayons, entre autre, que ces mercis ne soient pas simplement des mots automatisés sans sens pour nous ou pour l’enfant mais des mercis plus sincères. Les livres autour de la communication non violente (Faber et Mazlich ou d’autres) apportent des solutions dans ce sens. Précisons nos ressentis  à l’enfant lorsque nous faisons un acte pour lui (nous y avons passé du temps, ou cela a été un peu pénible ou au contraire nous avons pris plaisir à le faire…). Celui-ci, doué de façon inné pour l’empathie et l’entraide, sera vite emprunt de gratitude, sûr! Nous ferions alors du merci un acte plus grand, en pleine conscience, coloré de gratitude!

Et promis, quand mon mari me tendra le prochain torchon, mon merci sera accompagné d’un regard souriant!

Claire

Comment exprimer sa gratitude ?

P1020810

La gratitude ?! C’est très simple et pourtant difficile de l’exprimer de manière sensible sans paraître un tantinet ridicule ! En fait, cela fait plusieurs jours que je tourne autour du pot, à savoir ce que l’on va penser de moi ? « Elle est en train de partir de la réalité… » – « Encore un truc de psycho-chose péché dans un magazine… ». Bref, je me fais des films, tout cela pour simplement avoir envie de dire merci !

Et puis, d’ailleurs, merci à qui, à quoi, pourquoi ?

La première pensée qui me vient c’est de remercier la vie, cette vie qui me semble si douce et si belle, de remercier la terre qui existe depuis des milliards d’années et qui me permet de fouler son sol, humer ses fleurs, sentir les gouttes de pluie, me plonger dans la contemplation d’une nuit étoilée ou dans une peinture de Van Gogh. Oui, merci pour cette extraordinaire magie qu’est la vie terrestre.

Une deuxième pensée… Remercier tous ceux qui ont permis que j’existe, la grande lignée de mes ancêtres. Cette chaîne de vie est vertigineuse qu’en en s’y penche de plus près. Je n’ai jamais fait de généalogie à proprement parlé et d’ailleurs je connais peu la vie de ma famille avant mes grands-parents. C’est d’ailleurs un regret, car maintenant que je suis maman, cela revêt une toute nouvelle importance, car je me sens reliée à tous ceux qui m’ont précédés mais aussi à ceux qui me survivront. Je ne suis plus seulement fille de, ou petite-fille de mais aussi épouse de et encore maman de.

Une troisième pensée … Merci à tous ceux qui par leur amour, leur amitié, leurs échanges, leur humour, leur tendresse, leur écoute, leur musique, leurs mots m’ont construit. Un être humain n’est rien s’il est seul ! Je suis faite de tout cela, d’un tout, en perpétuel changement. Quand on se retourne et que l’on se souvient de tous ceux qui nous ont donné, je suis à nouveau prise de vertige.

Ainsi, aujourd’hui, je suis prise de vertiges devant la tâche que je dois accomplir. Comment éprouver de la gratitude sans l’exprimer, sans la partager. Je déroule la liste de ma vie et les noms défilent ! D’abord ma mère, mon père, ma grand-mère, ma sœur… et puis encore et encore d’autres personnes à remercier !

Pour exprimer et vivre cette gratitude, j’ai eu envie de l’exprimer par des mots, par des lettres, à travers des cartes créées spécialement pour cette occasion. Je me fixe dimanche comme date limite pour les envoyer, liste pour l’instant non exhaustive, et puis advienne ce qu’il adviendra !

carte maman

carte papa

Et merci à celles et à ceux qui liront ces lignes !

Céline

Semaine 1 : La gratitude

Définition :

La gratitude est le sentiment que ressent une personne dans la mesure où elle est reconnaissante vis-à-vis d’un plaisir/ d’une faveur qui lui a été fait(e) ou d’un service l’ayant été rendu. La gratitude donne envie à la personne concernée de correspondre/rétribuer ladite faveur d’une façon ou d’une autre.

Le sentiment de gratitude a à voir avec le remerciement, soit l’action de remercier. Ce verbe veut justement dire exprimer à quelqu’un de la gratitude pour ce qu’il fait ou a fait.

Cette définition est un extrait du site Les définitions